Discussion avec le calligraphe japonais Aoi Yamaguchi

L'artiste qui a collaboré au lancement du Matcha Maker Sumi, a été formé dès l'enfance par des maîtres calligraphes. Aujourd'hui, elle apporte un nouveau mouvement à la tradition, notamment des performances, de la musique et une passion pour l'odeur de suie de pin du sumi..

Ville natale:Hokkaidō, Japon

Résidence actuelle :Venise, Californie

Boisson Cuzen au choix :matcha latté

Site Internet d'Aoi Yamaguchi

Contenu

  1. Une première introduction
  2. Inspiration dessin
  3. Le processus rythmé et coloré

1. Une première introduction

Aoi [A] : Je m'appelle Aoi Yamaguchi et je suis un calligraphe japonais.

Cuzen [C] : Quels sont vos premiers souvenirs d’initiation à la calligraphie ?

R : Ma mère m'a emmené à l'école de calligraphie japonaise dans la campagne d'Hokkaido, où nous vivions. C'était mon introduction à la calligraphie. Je me souviens encore de l'odeur du « sumi » ou de « l'encre ». Il a cet arôme très distinctif. J'ai ouvert la porte de l'école de calligraphie et j'ai été immédiatement entourée par cette odeur. Je me souviens de ce moment. J'aime toujours cette odeur. L'encre Sumi est de la suie de pin brûlé, et elle est assez résistante. Il colle à mes vêtements et remplit la pièce. Lorsque je verse l'encre sumi dans l'encrier, je peux vraiment sentir le parfum et cela me fait redresser le dos. Je me sens nostalgique et ému d’avoir appris auprès des maîtres Zuiho Sato Sensei, « professeur » et Kaho Sensei. C'étaient des maîtres extraordinaires qui enseignaient à environ 30 enfants ou plus dans une pièce rénovée de leur maison. Je suis très reconnaissant et reconnaissant pour ce qu'ils m'ont appris et pour ce que la calligraphie elle-même m'a vraiment appris sur la vie. Tout est question de patience, de persévérance et de ne pas abandonner, jusqu'à ce que vous soyez capable de créer cette pièce dont vous êtes très fier. Maintenant, je travaille sur une pièce des dizaines, des centaines et des milliers de fois jusqu'à ce que j'aie l'impression de l'avoir réussi.

  • Calligrapher, Aoi Yamaguchi, stands in front of her brushes and a piece of her artwork, in her studio.
  • A calligraphy piece by Aoi Yamaguchi, entitled “Meditate” hangs on the wall behind a table display of brushes, ink and other equipment in her studio.

C : Qu’est-ce qui vous a inspiré à poursuivre la calligraphie ?

R : Il y a eu deux tournants dans ma vie. J'ai commencé à étudier la calligraphie à l'âge de six ans. Mes senseis étaient très stricts et écrivaient des caractères parfaits et équilibrés. Quand je suis entrée au lycée, j’ai rencontré un autre professeur de calligraphie, qui était un calligraphe très libre d’esprit. Il encouragerait les élèves à apporter et à partager de la poésie ou des paroles de chansons. Cette approche m’a totalement interpellé car depuis toute petite, j’adore écrire de la poésie et j’aime la littérature et la musique. J'ai réalisé que la calligraphie ne consiste pas seulement à écrire des lettres d'une belle manière, mais qu'elle peut aussi être une expression de soi. J'ai commencé à écrire les mots qui me plaisaient, les citations qui me plaisaient et aussi des mots de ma propre poésie.

Le deuxième tournant s’est produit lorsque j’ai obtenu mon diplôme universitaire. Je devais décider de mon cheminement de carrière, de ce que je voulais faire de ma vie et de ce que je pouvais faire et que les autres ne pouvaient pas faire. À cette époque, je me souvenais des paroles de mon professeur après avoir reçu le prix le plus élevé d'un concours de calligraphie, quand j'avais 14 ans. Il m'a dit : « Aoi san, ceci te dit que tu dois continuer à pratiquer la calligraphie japonaise. Alors, quand j’essayais de déterminer quel chemin je voulais prendre, ces mots me sont venus à l’esprit.

2. S'inspirer

C : De quoi vous inspirez-vous ?

A : Mon inspiration vient de la musique, de la nature et de la poésie. J'ai adoré la musique en grandissant et je pratique le piano depuis que je suis petite. Chaque fois que j'écoute de la musique, j'ai cette vision de l'encre et des traits se déplaçant dans l'air et dansant avec le son, et c'est comme une danse. Les mots me viennent à l’esprit et cela devient de la poésie. Ensuite, je ne veux pas oublier, alors je prends mon cahier et je les note. J'ai de nombreux cahiers remplis de tous ces mots, visions et images. Alors j’ouvre un livre et je pense : « Qu’est-ce que je veux écrire ? »

Je collabore également avec de nombreux musiciens pour mon travail. J'avais aussi l'habitude de danser, donc je pense que la musique, le son et le mouvement du son sont dans mon corps. Quand j'écris, par exemple, le premier coup va, un, deux, trois, quatre. Il y a définitivement un rythme quand j'écris et je suis le rythme propre à ce personnage. Ensuite, je suis simplement cette énergie et ce mouvement et cela devient l'œuvre finale.

  • Aoi Yamaguchi opens for a San Francisco “ikebana” exhibit with a live calligraphy performance accompanied by a “shakuhachi.”
  • A performance-goer for a San Francisco “ikebana” exhibit admires a huge calligraphy piece, painted in-person by Aoi Yamaguchi’s during the event.

La nature est une autre grande inspiration. J'ai grandi à Hokkaido, l'île japonaise la plus septentrionale, connue pour sa beauté naturelle. J'ai grandi dans cet environnement avec quatre saisons distinctes. Les couleurs changent, la température change et il y a des transitions visuelles au cours des quatre saisons. Au printemps, tout reprend vie et on voit des cerisiers en fleurs partout. Je me sens excité et je veux composer un poème à ce sujet. C'est très similaire à la composition d'un haïku ou d'un tanka, lorsque l'on s'inspire des saisons. La beauté de la nature m'inspire.

3. Le processus rythmé et coloré

C : Quel a été le processus pour conceptualiser puis actualiser le design de Sumi ?

R : On m'a demandé d'écrire « sumi iro », « couleur du sumi ». Sumi est l'encre que j'utilise pour la calligraphie japonaise. Ainsi, lorsque nous disons « sumi », cela signifie généralement noir. Il existe de nombreuses teintes ou nuances de noir différentes. Dans mon travail, je me spécialise dans l'exploration de ces différentes teintes. "tanboku" est cette "teinte grise plus claire de l'encre sumi" que le calligraphe crée en mélangeant différents ratios d'encre sumi, d'encre sumi condensée et d'eau. J'aime vraiment explorer les différentes profondeurs qui peuvent être créées avec l'encre sumi. ce qui semble approprié, ce qui semble correspondre le mieux au Sumi Matcha Maker. La couleur du Maker n'est pas tout à fait noire ou noire brillante. C'est une sorte de charbon mat, comme un gris plus foncé. ma calligraphie et la façon dont elle répondait à la couleur du Matcha Maker étaient très importantes pour moi. Je voulais qu'elles ne se combattent pas ou ne se mélangent pas, mais qu'elles coexistent d'une très belle manière, pour offrir un joli contraste. J’ai donc recherché « sumi » et « iro » dans le dictionnaire de calligraphie et j’ai commencé à explorer différents styles d’écriture afin de voir ce qui convenait à cette vision que j’avais.

  • Rows of the words “sumi iro,” or “the color of sumi,” line a worktable in calligrapher Aoi Yamaguchi’s studio.
  • A shot of Aoi Yamaguchi’s artfully-arranged calligraphy studio, displaying lines of calligraphy brushes, ink pads and more.

Puis j'ai pensé à l'image de Cuzen. Le Matcha Maker a ces lignes géométriques très épurées, et je voulais que la calligraphie contraste avec les lignes épurées, soit un peu plus organique et fluide. J'avais cette image de la préparation d'un matcha latte, du matcha dégoulinant dans le lait chaud et du matcha tourbillonnant, vous savez, ce mouvement, un flux organique. J'ai commencé à dessiner des choses dans mon carnet de croquis et je l'ai partagé avec l'équipe. Ensuite, j’ai décidé de la conception globale de la calligraphie. Après cela, j'ai exploré avec le sumi [encre]. Ensuite, j'ai créé une teinte différente de tanboku. J'ai essayé d'écrire plusieurs versions différentes, pour voir ce qui me semblait le mieux avec le Sumi Matcha Maker. C'était beau.

  • The Matcha Maker Sumi Black, cradled by Aoi Yamaguchi’s calligraphy, which reads, “the color of sumi.”